Conseil national de l’industrie – COMEX du 25 mai : des mesures fortes pour la reprise et la relance

Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, ont présidé aujourd’hui lundi 25 mai une réunion en visioconférence du comité exécutif du Conseil national de l’industrie (CNI).

Dans un premier temps, un point a été fait sur la situation actuelle de l’industrie et les conditions de la reprise : avec le déconfinement, le taux moyen d’activité de l’industrie est à présent supérieur à 60 %, en hausse constante depuis le début de la crise sanitaire. Des temps d’échanges ont ensuite été consacrés à la préparation de la relance économique, et à l’enjeu essentiel que constitue le capital humain en cette période de crise.

Philippe Varin, vice-président du CNI et président de France Industrie, et les membres du Comex (représentants des industriels, organisations syndicales et personnalités qualifiées) ont pu échanger avec l’exécutif sur les remontées des 18 Comités stratégiques de filières (CSF) afin d’élaborer ensemble des mesures fortes pour la reprise et la relance de l’industrie, après la crise Covid-19.

Les axes de travail suivants ont ainsi été identifiés par le CNI: 

  • Aider de manière ciblée les secteurs les plus durement affectés : en construisant des plans de soutien sectoriels ambitieux, qui seront annoncés rapidement pour les filières automobile et aéronautique ;
  • Préserver la compétitivité de nos entreprises : en soutenant à court terme la santé financière de nos entreprises, tout en menant les efforts pour une réforme ambitieuse de la fiscalité de production ;
  • Soutenir massivement l’investissement pour transformer notre économie : afin de maintenir les ambitions du Pacte Productif en matière d’innovation, et de renforcer notre stratégie de relocalisation des productions les plus critiques en matière de souveraineté économique ;
  • Accélérer le verdissement de l’économie et la décarbonation de l’industrie : en identifiant les opportunités de transition écologique permettant une relance de notre industrie, telles que la décarbonation de la production, le développement de l’économie circulaire ou la rénovation énergétique des bâtiments ;
  • Valoriser le travail et soutenir l’emploi : car l’industrie reste gravement impactée par la crise sanitaire, et il faut anticiper des mesures fortes en faveur du maintien de l’emploi, de la formation et de l’apprentissage.