[Industries textiles] Les entreprises textiles alertent face à une flambée des prix des matières premières et du fret – France Industrie

[Industries textiles] Les entreprises textiles alertent face à une flambée des prix des matières premières et du fret

9 avril 2021 – La pénurie de matière première génère des ruptures d’approvisionnement et retards de livraison ainsi qu’une hausse des prix accrues par un dérèglement inédit du fret. Ces fluctuations d’approvisionnements impactent tout l’amont de la filière textile (filature, tissage, tricotage, teinture, contrecollage) qui se répercutent sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

Les effets du ralentissement voire de l’arrêt de production liés à l’épidémie de Covid-19 se font sentir à retardement partout dans le monde. Après avoir puisé dans leurs stocks, les entreprises textiles, qui fournissent de nombreux secteurs d’activité, de l’habillement à l’automobile ou le médical, subissent des hausses de prix et des retards qui se répercutent sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Sous l’effet de la pénurie de matière et d’une forte reprise de la demande, les prix du lin, du coton ou du polyester ont subi plus de 30% de hausse ces 5 derniers mois. Par ailleurs, le transport maritime, fortement déstabilisé, a vu flamber les prix du fret d’un facteur 5, ce qui vient accroître ces difficultés. Les entreprises sont contraintes d’accepter les conditions tarifaires sous peine d’arrêter leur production et de ne pas honorer les commandes de leurs clients. Un retour à la normale est attendu entre fin mai et septembre 2021 selon les activités.


Pénurie de matières première et hausse des prix


Lors du 1er confinement, alors que l’activité de production était à l’arrêt en Chine, principal fournisseur de matière en Europe, les entreprises textiles françaises ont puisé dans leurs stocks et réduit leurs approvisionnements. L’effet de la baisse d’activité s’est donc fait sentir à retardement. La reprise en France et en Europe est intervenue après le redémarrage très fort de la demande en Asie et aux Etats-Unis. Ces besoins accrus ont accéléré le mécanisme de tension sur les matières premières bien que la Chine ait augmenté ses capacités de production fin 2020. Cela s’est traduit par une pénurie et une hausse des coûts de matières. Les prix des matières responsables, et particulièrement des matières naturelles, soumises aux aléas et périodes de récolte, ont littéralement explosé. Ces conséquences sont généralisées et observées pour les autres matériaux tels que le bois, l’acier ou les plastiques, et contribuent à une augmentation du prix des consommables.

Pénurie de containeurs et hausse des prix du fret


Le transport maritime subit durement les conséquences de la pandémie. Le dérèglement des escales provoque flambée des prix et des délais d’approvisionnement. Les importations en provenance d’Asie ont bondi en 2020 sous l’effet des commandes de masques puis des reprises d’achats et d’approvisionnement en matières premières, alors que les exportations étaient au ralenti. La demande de containeurs en provenance d’Asie bondissant, les navires s’accumulent dans les ports occidentaux, les délais de déchargement se sont allongés et les prix du fret se sont envolés, passant de 1800 dollars à 8000 dollars.


Répercussions sur les prix et les délais


La hausse des prix du transport génère un surcroît de prix d’environ 2% quelle que soit l’activité et toutes matières confondues.
Augmentation des prix des fils et des tissus
Ces augmentations de prix se répercutent différemment selon l’étape de fabrication textile. Si le prix des fils peut augmenter jusqu’à 20%, le prix du fil de coton bio augmente lui de plus de 40%. Concernant les tissus utilisés en confection ou textiles techniques, l’augmentation varie jusqu’à 8% pour les matières synthétiques, 15% pour le coton et 20% pour le lin.


A propos de l’Union des Industries Textiles (UIT)
L’Union des Industries Textiles représente les 2 200 entreprises exerçant une activité textile en France (filature, moulinage, tricotage, tissage, ennoblissement…). Elles emploient 62 000 salariés et ont réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 13,6 milliards d’euros dans des domaines d’application variés : la mode et le luxe, la maison, et dans des marchés techniques (automobile, aéronautique, santé, construction…). L’UIT fédère 23 fédérations textiles de région et de branche.
Contacts presse
UIT – Anne-Laure Milhe – almilhe@textile.fr – 01 47 56 31 07 – 06 32 71 09 08 – www.textile.fr