L’industrie française réclame 20 milliards d’euros d’impôts de production en moins

La « politique industrielle » n’est plus un gros mot, elle est même de retour, avec un Etat qui se pose en catalyseur. Le Président de la République, Emmanuel Macron, doit préciser, en janvier 2020, le contenu du « pacte productif pour le plein-emploi en 2025 », une initiative qu’il avait lui-même annoncée, le 25 avril, à la fin du grand débat postcrise des « gilets jaunes ». Ce pacte sera négocié entre l’Etat, les collectivités locales et les entreprises, dans un contexte menaçant : le ralentissement de la croissance – notamment dans la zone euro – menace la timide reprise de l’emploi industriel depuis deux ans et demi (+ 23 000 emplois en un an dans le privé).

C’est dans cette perspective que Philippe Varin, Président de France Industrie, qui regroupe 62 grandes entreprises industrielles, et son Vice-président, Philippe Darmayan, ont présenté, jeudi 7 novembre, une série de mesures nécessaires, selon eux, pour moderniser l’appareil productif et le rendre plus compétitif pour y attirer des emplois. Malgré les progrès enregistrés sous les trois derniers quinquennats, et reconnus par les Présidents d’Orano (ex-Areva) et d’ArcelorMittal France, le « choc de compétitivité » préconisé en 2012 par le rapport Gallois n’est toujours pas au rendez-vous. Lire l’article sur le site du Monde